Les joies de la traduction

Tous trilingues 🙂

Les traducteurs en ligne sont de plus en plus utilisés. Ce sont des outils pratiques permettant de comprendre le sens général d’un texte étranger. Mais attention, les traductions, même si elles sont de plus en plus précises, ne sont qu’approximatives. Seule votre connaissance de la langue permettra d’affiner le texte qui vous est proposé. Avez-vous pensé à traduire un texte dans une langue et le retraduire en français ? C’est parfois assez surprenant. Alors imaginez les traductions simultanées ou dans des langues exotiques.
A titre d’exemple, j’ai pris un texte d’une chanson française (du Léo Ferré, repris entre autre par Bernard Lavilliers – “Est-ce ainsi que les hommes vivent”).

Remarque : les traductions ne sont pas tronquées, c’est le traducteur qui réorganise le texte. J’ai utilisé Google Traduction, qui donne en général de bons résultats pour des phrases basiques.

Texte d’origine :

“C’était un temps déraisonnable, on avait mis les morts à table On faisait des châteaux de sable, on prenait les loups pour des chiens Tout changeait de pôle et d’épaule, la pièce était-elle ou non drôle Moi si j’y tenais mal mon rôle, c’était de n’y comprendre rien”

Résultats :

1ère expérience : Français vers anglais puis anglais vers français :

Ce était un temps déraisonnable, nous avions mis les morts à table Ils ont fait des châteaux de sable, nous avons pris les loups pour les chiens Tout a changé pôle et de l’épaule, la pièce était drôle ou non Moi si je ne étais pas tenais mon rôle, il était là pour rien comprendre

2ème expérience : Français vers Grec puis vers Français :

Ce était un temps fou, nous avions mis les morts à table Ils ont fait des châteaux de sable, nous avons eu loups chien Tout a changé pôle et de l’épaule, la pièce était drôle ou non Moi si je ne étais pas tenais mon rôle, il était là pour rien comprendre

3ème expérience : Français vers japonais puis vers Français :

Il était temps déraisonnable, nous avons dû mettre morts à la table Ils ont fait un château de sable, nous avons pris le loup pour les chiens Tous les changements ont été Paul et de l’épaule, travail, ne était pas de savoir si il est intéressant Je si je ne avais pas mon rôle, il était capable de comprendre ce que

4ème expérience – la totale : Français vers japonais puis Grec puis vers Anglais, enfin vers Français :

Il serait temps logique, nous avons dû mettre morts à la table Ils ont fait un château dans le sable, Nous avons pris le chien du loup Tous les changements étaient Paul et de l’épaule, le travail ne était pas de savoir si il est intéressant Je pensais que je avais mon rôle, il était capable de comprendre ce que

5ème expérience : essayons aves des expressions :

Je vous mets dans le même ordre le résultat d’une phrase reprenant quelques expressions françaises :

Il faut couper la poire en deux, avant d’atteindre le fond du panier, même avec les jambes dans le plomb, il faut cravacher, avoir des tripes, et foncer droit au but.
ça donne respectivement :

Nous devons séparer les deux, avant d’atteindre le fond du panier, même avec les jambes en tête, vous devez fouetter, avoir du courage, et assombrir au point.

Nous devons séparer les deux, avant qu’ils ne atteignent le fond du panier, même à pied, en premier lieu, vous devez fouetter, avoir du courage, et assombrit au point.

Nous avons même avant d’atteindre le pied, le fond du panier avec du plomb, vous pouvez avoir un courage de fouet, et doit être obscurcie à un point, il est nécessaire de diviser les deux.

Nous avons même avant d’atteindre le pied, le fond du panier avec du plomb, vous pouvez avoir un courage de fouet, et doit être sombre dans un endroit, il est nécessaire de séparer les deux.

En conclusion

Les traducteurs sont pratiques pour celui qui a déja des bases dans une langue étrangère. Il arrivera à moduler ou ajuster la traduction. C’est encore trop tôt par contre pour une utilisation de traduction soutenue. Les traducteurs permettent simplement d’échanger quelques phrases clés ou quelques banalités du quotidien : “Bonjour, comment vas tu ? Où se trouve la rue XXX …”. Il en est de même avec les petits traducteurs de poches, nous en avons fait l’expérience – hilarante – à Tokyo avec un restaurateur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :